Tout autour de nous, la mondialisation fait rage. Des continents émergent. Des concurrents nouveaux, dynamiques, bien formés, disputent à nos entreprises la moindre part de marché. Et quelle est la solution imaginée par les socialistes pour tirer la France de l'ornière où leurs brillantes idées – dépense à tout va, générosité à crédit – l'ont plongée ? Travailler moins ! Il faut, dit Hollande, «les 35 heures pour tous». Moins longtemps : on abrogera la réforme des retraites. Mais en gagnant plus : pour faire bon poids, le PS reprend l'idée fabiusienne d'un smic à 1 500 €...

On croyait que la France croulait sous la dette et les déficits, que ses entreprises ahanaient dans la compétition internationale sous le fardeau de l'assistanat généralisé. On se sera trompé ! Les socialistes veulent plus de fonctionnaires, plus d'Etat (tous les courants sont en phase pour renationaliser, au moins, EDF) et, bien entendu, plus d'impôts ! L'emploi ? Idéologie d'abord. Non aux contrats nouvelles embauches. Non à l'apprentissage volontaire à 14 ans. Mais en revanche – cadeau à Montebourg – les «licenciements boursiers» seront interdits... en attendant sans doute la grippe aviaire et les tsunamis.

C'est encore trop gentil mais c'est déjà meilleur, de quoi me réconcilier avec le grand quotidien visionnaire de droite ! Merci à Alexis Brezet de ne pas épargner les communistes socialistes et de dire à quel point ils sont les ennemis de la modernité ! Les 35 heures, et toujours cette idée que l'octroi des vacances ont pu créer de l'emploi, comme avec les fausses statistiques du gouvernement Jospin ! Et pourquoi pas le SMIC à 2000 euros et la retraite à 30 ans, pour créer plus de demande et une relance par la consommation ?

Mais ce papier est encore timide. Ce qu'il nous faut, outre de voir la vérité en face, c'est un grand souffle de modernité et surtout de liberté ! Liberté de virer tous ces fainéants qui depuis longtemps se paressent en accumulant avec la plus grande molesse possible des points de retraite pour enfin pouvoir officiellement ne rien foutre - quand ils ne passent pas une journée sur deux en grève ! Liberté de supprimer les retraites pour que cessent ces faux espoirs de deuxième carrière au pastis pétanque ! Liberté de garder notre pognon pour acheter des moteurs plus puissants et des voitures avec plus d'options ! Liberté de supprimer la sécu pour que cessent les faux arrêts maladie et les consommations de médicaments abusives - car depuis quand devons nous être égaux devant la maladie ? N'y-a-t-il pas des vies actives et modernes qui valent plus que d'autres ?