ARG ! Enfin ! J'exulte ! Cette insurrection, cette émeute barbare, cette intifada des banlieues a révélé, et la vraie nature de ces zones franches où règnent l'islamogauchisme et la violence de bande, et celle de notre viril gouvernement, dont on regrette aujourd'hui qu'il faille encore choisir entre Nicolas et Dominique, deux figures tutélaires, deux champs magnétiques dirai-je, parfaitement complémentaires et manifiquement unis.

Quelle incompréhension aussi, alors que les bien-nommées racailles commençaient de brûler les véhicules des trop rares immigrés content de leur sort modeste, et ardus au travail, montrant à quelle point la haine des casseurs se porte non sur leur semblables, mais sur ceux qui, en leur indiquant la voie lente mais ferme de l'ascension sociale sur huit générations, ne leur ressemblent pas du tout. Croire qu'un pauvre est comme un autre pauvre, parce qu'ils habitent au même endroit (et s'ils étaient propriétaires, ils prendraient autrement plus soins de leurs chez-soi : misère de la collectivisation), ou parce qu'ils partagent la même origine lointaine, c'est vraiment faire acte à la fois de l'épaisseur crasse d'un marxisme renvoyant chacun à ses revenus ou à sa supposée "classe", et d'un manque patent d'observation du terrain ; celui-ci, comme la terre, ne ment pas.

Et non content de répandre cette analyse informe et moutonière, nos staliniens bobos ont tenté de faire diversion en inventant une "querelle" entre M. Sarkozy et M. Villepin, alors que jamais ils n'ont été plus unis et plus complémentaires, et alors que j'en viens à me demander si cette sainte dualité n'est pas la réincarnation bicéphale de l'esprit gaullien qui nous a si cruellement manqué pendant cette interminable parenthèse du voleur de Jarnac. Une querelle ! Voyons cela, alors qu'enfin l'ordre règne, et que la loi, qui comme nous le rappelle Schmidt, citant Hobbes (si mes souvenirs sont bons), et d'accord avec tous les classiques, est d'abord le produit de l'autorité et doit nous protéger du désordre !

Aujourd'hui, même si à titre personnel j'aurais aimé voir notre armée réduire en cendre cette petite intifada du pauvre - que n'avons nous d'hélicoptères israeliens pour tirer sur les meneurs terroristes - l'ordre est rescucité, et force reste à la loi, et même cette rugueuse loi d'exception qui montre combien solide et guerrière peut être notre belle république, si on la cherche. Ah vous ne voulez pas d'une loi qui rappelle la guerre d'Algérie ? Et pourquoi pas, car après tout ceux qui se révoltent aujourd'hui ne recherchent-ils pas, comme hier, à faire secession, oublieux des progrès apportés par notre colonisation généreuse ?

Désormais l'ordre règne donc, et puisse-t-il s'affirmer encore, alors que notre gouvernement vient de nous assurer un Noël tranquille et chrétien, grâce à un prolongement de bon sens d'un état d'urgence qui de toute façon n'est pas utilisé jusqu'au bout - dommage qu'il ne permette pas de faire cesser la projection de ces films imbéciles et violents qui abrutissent les enfants et encouragent la violence des bandes. C'est quand même une bonne nouvelle.