UMP en avant toute (le blog)

To content | To menu | To search

Saturday, December 1 2007

Le pouvoir d'achat, c'est de la merde

Que veulent-ils, ces pauvres gens, sinon continuer à glandouiller auprès de la machine à café ET récupérer dans la hotte du Père Noël l'écran LCD 140 cm HD machin, le même que celui que le voisin s'est offert le moins dernier et qui les fait enrager de jalousie ?

Heureusement que Saint Nicolas n'a pas cédé aux jérémiades du petit peuple, qui veulent une fois de plus le beurre et l'argent du beurre. On ne dira jamais assez combien sont profondes les traces laissées par la contagion socialo-communiste, et malgré tous les efforts de notre bon médecin l'idée pernicieuse que la prospérité doit être partagée, comme ça, pour rien, parce qu'on a eu la chance de naître en France dans un pavillon Phénix ne cesse de vivoter au fond des consciences.

Plutôt que de parler de pouvoir d'achat, il faudrait plutôt augmenter les impôts directs et en finir avec cette exception qui fait que la moitié des foyers sont exonérés ! Devant tout à coup payer plus à l'Etat, ces travailleurs à la petite semaine seraient enfin obligés de se sortir les doigts, pour leur plus grand bien, car seul le travail acharné les rendra heureux. Quel plaisir de l'écran LCD une fois qu'il a été longuement désiré et conquis de haute lutte !

Wednesday, November 16 2005

Figaro, trahison ?

Mais qui est François-Xavier Bourmaud ? Comment cet homme salarié au Figaro peut-il remettre en doute, comme cela, la bonne foi du gouvernement Villepin et son efficacité à lutter contre le chômage ! Ah bon, l'emploi salarié ne décolle pas :

Selon les chiffres provisoires publiés hier par l'Insee, l'emploi salarié n'a progressé que d'un petit 0,1% au troisième trimestre, soit 8 500 nouveaux postes de travail, après 21 000 au deuxième trimestre et 12 100 au premier (...)

A défaut donc de témoigner d'un redémarrage de l'emploi, cette faible hausse confirme en tout cas que l'essentiel de la baisse du chômage est à attribuer au développement des contrats aidés (...)

Un tableau encore bien sombre donc, d'autant que le bon chiffre de la croissance au troisième trimestre (+ 0,7%) fait à nouveau apparaître le spectre d'une croissance sans emploi.

Mais qui est la source ? Qui se pose la question de la mesure, et de la neutralité de l'Insee, cette émanation du Gosplan née des amours impures de la Résistance avec le parti communiste ! Qui travaille à l'Insee aujourd'hui, sinon des statisticiens encartés, dont les plus neutres émargent au PS !

Le Figaro devrait faire attention à ne pas se laisser dépasser par sa neutralité affichée ! Quelle honte y-a-t-il à être le journal de la majorité, au moment où celle-ci redresse la France et rend son prestige à l'Etat ! Pourquoi chercher des poux dans la chevelure splendide de Villepin, alors qu'un homme ayant comme lui le sens de l'honneur ne saurait mentir. Si le chômage baisse, c'est bien parce que les gens retournent bosser, y compris les cossards, ce n'est pas parce que le gouvernement (au contraire de l'Insee) trafique les chiffres !

Tuesday, July 5 2005

Laurence Parisot, Medef, champ de ruines


Les quelques âmes égarées qui lisent encore ce blog de prophète perdu dans le désert savent qu'il y a quelques mois, déja seul contre tous, brindille sur la mer démontée du politiquement correct, j'avais osé émettre une réserve contre la candidature de Laurence Parisot, et justement parce qu'elle est une femme - la raison pour laquelle beaucoup se réjouissent aujourd'hui.

Mais ne nous y trompons pas ! Qui se réjouit ? Les petits patrons qui bossent 16 heures par jour et ont à peine eu le temps d'apprendre la nouvelle, entre deux pannes de machines et les coups de sangle pour réveiller les ouviers fainéants ? Ou alors la clique gauche caviar et féministe de la rive gauche, trop heureuse de marquer encore une victoire contre les hommes, comme s'il fallait encore montrer qu'hélas, les femmes sont bien nos égales ?

Je ne suis pas de ceux qui croient que le libéralisme gagnera à avancer masqué derrière la féminité de Laurence P., et d'ailleurs ceux qui crient à la victoire semblent avoir du mal à accepter ses quelques propos innocents et bêtement vrais sur le code du travail, ce destructeur de croissance. Au contraire, je crains que la gadgétisation d'une présidente femme empêchera de voir ce qui ne fonctionne plus dans notre pays, et au premier chef, comme je l'écrivais, le fait qu'une femme, même célibataire, abandonne symboliquement sa place au foyer pour jouer à la guerre avec les autres patrons, et se coltiner les beaufs syndiqués.

Quel sera alors le devenir du Medef, féminisé, polissé, paré de toutes les vertus comme des charmes du maquillage, quand il faudrait au contraire remobiliser cette France qui ne croit plus au travail ? Qui négociera face aux syndicats ? Qui portera les intérêts de la France, et de ce qui lui reste de puissance économique : imagine-t-on la tête des chinois face à une femme ? Bref, tout cela n'augure rien de bon.

Friday, June 10 2005

Privatisons !

M. Breton entend enfin relancer les privatisations. C'est fort tardif, mais c'est tout de même heureux. Ce sera enfin l'occasion de clore le cycle socialiste commencé en 1981, et duquel nous ne sommes jamais sortis, en attendant bientôt que l'avenir sarkozyste, peu élégant mais oh combien efficace, s'ouvre enfin à nous.

Près de 25 ans après avoir tenté de ruiner la France, et réussi au delà de toute mesure, l'idéologie socialo-communiste recule enfin. Elle recule d'autant mieux que ce ne sont plus seulement les banques et les compagnies nationalisées en 1981-82 qui seront vendues, et qui retrouveront leur place naturelle dans le portefeuille des petits actionnaires travailleurs et scrupuleux, mais aussi les entreprises étatiques que la CGT s'échine à vouloir garder pour elle. Par parenthèse, puisque je parle des petits actionnaires, je voudrais rendre hommage à ces fourmis dont on ne célèbre jamais assez l'effort patient pour redresser et faire vivre ce pays gangrené par les prélèvements - mais ce ne sont pas des intermittents, ils n'ont pas accès à la télévision.

M. Breton ose maintenant s'attaquer au fond du problème, mais ira-t-il jusqu'au bout ? Car pourquoi la SNCF est-elle toujours en grève, la RATP envahie par les voyous, la poste lente et systématiquement en retard, quand les facteurs cégétistes n'égarent pas exprès le courrier pour réclamer plus de subventions ? C'est parce que ces mamouths n'appartiennent à personne, que l'Etat ne fait que bien malgré lui son travail d'actionnaire, et que chacun se sert librement sur la bête au prétexte de défendre le "service public", grand mot qui ne signifie plus rien que de distribuer des retraites anticipées après une vie vouée à la paresse et à la complainte.

Des petits actionnaires ! Des petits actionnaires et nous serons sauvé, et les trains rouleront, et les lettres arriveront à destination ! Amen.

Monday, May 2 2005

En Roumanie les branleurs !

Ah lala on se plaint, on geint, comment ça nous proposer à nous travailleurs français d'aller bosser pour 10% du Smic en Roumanie ? Quelle honte ! Quelle déchéance !

Eh bien oui c'est bien une déchéance de se rendre compte, comme ces braves petits patrons de PME, que franchement rien ne sépare les travailleurs alcooliques et flemmards de roumanie des bataillons de la CGT ici même ! C'est une chose d'être protégé par un salaire minimum et les charges les plus élévées du monde ou presque (pour financer les fonctionnaires planqués à la sécu ou les soixantehuitards de l'anpe qui orientent les jeunes vers les carrières de chômeurs permanents du spectacle), et c'en est une autre de ne pas rendre au marché, en bossant plus ou au moins mieux, les milliards d'euros de subvention salariale déguisées. Heureusement les lois éternelles de l'économie conduisent à condamner les récalcitrants via les bien utiles délocalisations !

Qu'ils aillent donc en Roumanie, dans l'ancienne patrie des travailleurs bolchéviques ! Ca leur apprendra à avoir voté PC pendant des décennies tandis que les pays frères écrasaient les peuples slaves ! Qu'ils aillent respirer les fumées des aciéries et rouler en Logan (si Renault leur fait crédit) ! Bon débarras !

Saturday, April 23 2005

Défense du patron de Carrefour face au lynchage médiatique

Après ce pauvre Gaymard, c'est au tour d'un ancien patron de Carrefour, chaîne qui a beaucoup fait pour la croissance en France (et l'exportation de notre industrie des yaourts à l'étranger), d'être victime du complot des médias gauchistes ! Quelle facilité de ramener son salaire au smic ! Quelle démagogie ! 2500 ans... et alors ?

Les français ne comprennent rien à l'économie ni à la sainte loi du marché ! La gauche fait tout pour abreuver les chômeurs alcoliques de subventions et empêcher de licencier les ouvriers flemmards, et s'affole de la moindre fermeture d'usine (fallait se retrousser les manches avant, c'est trop facile de râler...) Mais ce pauvre monsieur Bernard, sévèrement licencié lui aussi, n'aurait droit à aucune compensation, après toutes ces années de travail, ces journées de 20h au boulot loin de sa famille, la solitude des vols en premiere classe ? Il faudrait qu'il prive ses enfants des cours d'équitation et des voyages aux Maldives, après avoir donné sa vie à l'entreprise ? Celle-ci le remercie, et il faudrait qu'il se retrouve à la rue ? Il y a vraiment deux poids et deux mesures.

Quand à ceux qui essayent de faire comme s'ils connaissaient l'esprit du libéralisme et avancent que ce monsieur Carrefour n'aurait pas fait prospérer assez l'entreprise et le cours de l'action, et ne mériterait pas tant de considération, ils exagèrent aussi ! Est ce la faute de M. Bernard si les français, peureux et repliés sur eux-mêmes, préfèrent épargner plutôt que de consommer ? Si le racket des impôts les empêchent de consommer comme ils le voudraient, et les forcent à aller au leader price ? Si la culture de permissivité fait que beaucoup préfèrent voler plutôt que passer à la caisse ? Et si les monstrueuses reglementations du code du travail, faisant ressembler notre pays à une république soviétique, forcent Carrefour à trop payer des employés dont la valeur ajoutée est bien faible ?

Pauvre M. Bernard, bouc émissaire d'une époque cruelle, et de l'esprit des 35 heures qui a abruti les français !

Friday, April 15 2005

L'impôt c'est le vol

Prélevé en fonction d'une norme décidée par les détenteurs du pouvoir étatique, sans respect de la personnalité de chacun, l'impôt pénalise la prise de risque et est foncièrement esclavagiste, allant à l'encontre de son but recherché, bafouant les droits fondamentaux de l'être humain et la propriété de l'individu.

source

Libéralisme mon amour !

Il suffit de payer des impôts pour alimenter des feignasses (souvent immigrés de surcroit : le bruit et l'odeur vous connaissez ?). Nous en avons marre de voir ces glandeurs se pointer, les yeux cernés d'avoir trop dormi, avec un caddie rempli à ras bord à la caisse du carrouf !

Avec la constitution (Saint Jacques, ora pro nobis) il sera enfin temps de conditionnaliser le RMI et autres ASS à une recherche vertueuse de travail ; il ne manquera plus d'escl de travailleurs pour faire les chambres d'hôtel 6 heures par semaine ! Nous me manquerons plus de bras dans le bâtiment pour plonger dans la sabliere !

L'ump pour le travail collaboratif

pas mal la récupération du scipt dot clear !! manquait plus que les credentials ... on va quand meme pas citer les gauchistes !! Bon mais au moins voici la preuve vivante que nous savons nous aussi nous appuyer sur le travail bénévole ! Comme quoi parfois les cocos n'ont pas tous les torts !